BRAMS (Belgian RAdio Meteor Stations) est un réseau belge de stations de réception radio utilisant une technique de diffusion vers l'avant (« forward scattering ») pour détecter et caractériser les météores qui entrent dans l'atmosphère terrestre.

achtergrond1

Un émetteur/balise spécial (le triangle rouge sur la carte ci-dessus) est situé dans le sud de la Belgique et émet en direction du zénith (point le plus élevé du ciel) une onde sinusoïdale pure d'une fréquence de 49,97 MHz  possédant une puissance totale de 150 Watt. Cette onde radio est réfléchie par la traînée ionisée laissée derrière par le météore lorsqu'il brûle dans l'atmosphère. Une trentaine de stations de réception (points bleus sur la photo ci-dessus) sont réparties dans toute la Belgique et enregistrent les signaux radio qui sont réfléchis par les traînées de météores (ci-après appelés échos de météores). Les images de l'émetteur radio et des antennes de réception (à Uccle) sont présentées respectivement dans les parties gauche/droite de l'image ci-dessus.

Les observations radio présentent deux avantages majeurs par rapport aux observations visuelles : 1) les observations sont continues et ne dépendent pas des conditions météorologiques, et 2) elles sont sensibles aux météoroïdes de plus petite masse qui ne produisent pas de lumière visible mais qui sont beaucoup plus nombreux.

Données de BRAMS

Les données du projet BRAMS sont généralement présentées sous la forme d'un spectrogramme qui montre le contenu en fréquence du signal reçu en fonction du temps. Un spectrogramme typique est présenté ci-dessous : l'axe horizontal représente le temps (la durée de l'ensemble du spectrogramme est de 5 minutes), tandis que l'axe vertical représente la fréquence (plage de 200 Hz). Le rouge représente un signal fort et le bleu un signal faible (bruit). L’intensité augmente du bleu au vert, au jaune puis au rouge.

achtergrond2

  • Le signal horizontal (appelé fréquence de la balise dans la figure ci-dessus) est le signal provenant directement de l'émetteur. Le spectrogramme est disposé de telle sorte que ce signal soit au centre de la plage de 200 Hz.
  • Les signaux de longue durée sont les réflexions des ondes radio sur les avions.
  • Les signaux de courte durée sont des échos de météores dits "sous-denses". Elles se présentent généralement sous la forme de lignes verticales. Ceci est dû à de très petites particules de poussière ; elles constituent la plus grande partie des échos de météores détectés par BRAMS. Certains échos de météores sont très brillants, d'autres sont faibles. Notez que le signal peut être constitué de différentes parties, mais s'il est sur la même ligne verticale, nous le considérons comme un écho de météore.
  • Les échos de météorites "surdenses" de longue durée sont causés par des météoroïdes plus gros. La difficulté est que leur forme dans les spectrogrammes peut être très complexe et variée. Deux autres exemples sont donnés ci-dessous pour illustrer la variation et la complexité des formes. Les échos de météores "surdenses" sont fréquents pendant les essaims de météores.

achtergrond3

Il existe d'autres types de signaux qui peuvent se produire dans les spectrogrammes :

  • L'interférence de bande large peut se produire sous la forme d'une ligne verticale s'étendant sur toute la plage des 200 Hz. Ce ne sont pas des échos de météores. Ces signaux sont causés par des interférences locales à proximité d'une station de réception (par exemple, les signaux produits par un ordinateur, un interrupteur électrique, ... ou la foudre). Un exemple est donné ci-dessous.

achtergrond4

Les interférences de bande large sont généralement de courte durée, mais peuvent parfois durer plus longtemps, comme le montre l'exemple ci-dessous.

  • Les avions sont généralement observés comme des lignes étroites en forme de S inversé. L'exemple suivant comporte 7 avions.

achtergrond5